Ne manquez pas les conversations d'experts sur l'avenir de la technologie et des relations humaines.

Pourquoi devriez-vous utiliser un burn-up chart dans Agile au lieu d’un burn-down chart ?

mars 1, 2022

Dans la gestion de projet Agile, nous pouvons suivre la santé des versions ou des sprints à l’aide d’un burn-up chart (graphique de progression) ou d’un burn-down chart (graphique d’avancement). Ces graphiques permettent à l’équipe et aux parties prenantes de comprendre l’avancement ou la progression à tout moment de la release ou du sprint.

Le burn-down chart vous indique l’avancement en fonction des heures restantes ou des story points restants, de haut en bas. Ce graphique comporte deux lignes : Travail restant idéal et Travail effectif. Ce graphique est le plus utilisé par les équipes qui travaillent par plages horaires. 

En revanche, le burn-up chart affiche la progression de bas en haut. Ce rapport comporte trois lignes : Portée, Progrès attendus et Progrès réels.

 Le burn-up chart présente un avantage crucial : il vous permet de fractionner la portée et la progression, tandis que le burn-down chart ne vous permet pas de visualiser et d’identifier les changements de portée ou d’avancement.

Par conséquent, l’examen du burn-down chart peut indiquer que l’équipe est peu performante, mais le problème pourrait être une augmentation de la portée du travail.

Cadre Agile à l’échelle : explorons-le avec un exemple.

Comme vous pouvez le voir dans le burn-down chart ci-dessous, le nombre de story points restants pour le projet dans le sprint 5 est de 226. Nous avons progressé de 126 story points (par rapport aux 352 au début).

1

Dans les mêmes informations présentées dans un burn-up chart ci-dessous, la progression est de 126 story points, comme vous pouvez le voir sur la ligne rouge. Cependant, dans ce cas, nous avons une ligne supplémentaire affichant la portée, à savoir 352 story points.

 Pour poursuivre la comparaison entre le burn-down chart et le burn-up chart, le reste correspond aux mêmes 226 story points : il s’agit de la différence entre la portée (352 story points) et le réel (126 story points).

2

Comme vous pouvez le voir, les deux graphiques affichent les mêmes informations, mais avec des avantages différents.

Développement Agile : comprendre l’intérêt d’utiliser un burn-up chart

Dans un burn-down chart, comme vous pouvez le voir ci-dessous, vous penserez que l’équipe n’a fait aucun progrès puisque les sprints 5 et 6 présentent les mêmes 226 story points restants. Cependant, l’équipe a réalisé le meilleur sprint Agile de tous les temps : comme la portée a augmenté, la vélocité réelle du groupe ne s’affiche pas.

3

L’utilisation d’un burn-up chart lors de la planification de sprints Agile vous permet de voir ce qui se passe. Dans ce cas, l’équipe a rattrapé le retard et permis au projet d’être en avance de 26 story points par rapport au plan initial.

Vous pouvez voir cette information dans le graphique, puisque le réel est de 246 story points alors que l’objectif était de 220. Par conséquent, malgré les changements de portée, nous pouvons constater que l’équipe est performante.

4

L’avantage d’utiliser un burn-up chart

 

À l’aide du burn-up chart et du tableau suivant, vous pouvez bénéficier d’une estimation à l’achèvement (ligne marron illustrée dans le graphique ci-dessous) et l’écart que vous avez dans le projet. Dans ce cas, il s’agit de 94 story points (le même que vous pouvez voir dans le burn-down chart). Quatre-vingt-quatorze story points supplémentaires sont nécessaires à partir de l’estimation à l’achèvement (378 story points) pour atteindre la portée réelle (472 story points). En outre, vous pouvez bénéficier d’indicateurs liés à la portée et à la vélocité.

 

Concept Valeur
Portée initiale 352
Portée réelle 472
% de changement de portée 34.09%
Vélocité initiale (jusqu’au sprint réel) 220
Vélocité réelle (jusqu’au sprint réel) 246
% d’écart de vélocité 11.82%
EAC (estimation à l’achèvement) 378
Écart d’EAC 94
% d’écart d’EAC 19.92%

De plus, vous pouvez voir, sur la base de la projection, que le projet se terminera au sprint 12, car nous avons besoin de 472 story points.

5

L’utilisation des burn-up charts permet de mieux comprendre la progression, le changement de portée et la durée d’achèvement prévue. Ainsi, toutes les parties prenantes bénéficient d’une image plus claire et d’un meilleur contrôle.

Contactez-nous pour en savoir plus sur les méthodologies Agile.

Articles Liés

Sujets tendances

Agile Organizations
Airlines
Data & AI
Finance
Globant Experience
Insights

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez les dernières nouvelles, les articles sélectionnés et les derniers faits saillants de notre part. Nous ne vous spammerons jamais, promis.

En savoir plus sur

Dans un environnement commercial en évolution rapide, il est essentiel que les organisations soient capables de s'adapter, de développer leur résilience et de découvrir rapidement de nouvelles possibilités en période d'incertitude. Le studio Agile Organizations permet aux organisations d'évoluer durablement et progressivement pour rester pertinentes dans un jeu qui n'en finit pas avec des règles en constante évolution.